L’histoire de l’Asie à travers romans

Salut mes chats curieux,

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler de deux livres que j’ai lu récemment et qui ont tout les deux pour thème l’Asie au XXème Siècle. Ce sont des romans avec une fiction basée sur une réalité historique, mélangeant personnages fictifs et historiques, lieux et évenements avec la vie de personnages qui n’ont jamais existé mais qui ont été inspirés.

les-orchidees-rouges-de-shanghai-548785-250-4001

Le premier que j’ai lu il y a plusieurs mois maintenant est de Juliette Morillot et s’intitule Les Orchidées Rouges de Shanghai. L’histoire se situe durant la Seconde Guerre Mondiale en Asie, les Japonais tentent de conquérir à nouveau la Chine, de garder l’annexation de la Corée et de la Mandchourie.

Résumé:

« En 1937, Sangmi a quatorze ans lorsque son destin bascule. Enlevée par des soldats japonais, elle est emmenée avec des dizaines d’autres Coréennes. Destination : la Mandchourie. Contrainte d’intégrer pendant presque dix ans l’unité des « femmes de réconfort » créée pour « soutenir » les soldats japonais, elle connaîtra l’enfer des maisons closes que l’armée nippone a installées dans une Asie embrasée par la soif de conquête de Hirohito. Une force de caractère hors du commun, l’espoir de retrouver la trace d’un père français inconnu et une impossible passion pour un officier japonais permettent à Sangmi de résister à son terrible sort. De Séoul à Shanghai, de Singapour à Hiroshima, le destin bouleversant d’une femme à travers la tourmente de l’expansion territoriale japonaise en Asie. » Source: Babelio

J’ai adoré ce livre et suivre le parcours de Sangmi était à la fois stressant (beaucoup d’obstacles, elle a échapper plusieurs fois à la mort mais malheureusement pas à la maltraitance, la violence et le viol) et en même temps avec une pointe d’espoir, elle finit toujours par s’en sortir. C’est une héroine courageuse qui refuse d’accepter son sort et fait tout pour ne pas mourir alors qu’elle a quand même connue toute les atrocités de la guerre. Je ne vais pas vous spoiler en vous racontant ses mésaventures mais sachez que ce roman vous englouti à l’intérieur de lui. Combien de fois je me suis sentie aux côtés de Sangmi en ayant l’impression de vivre ce qu’elle vit et en essayant de rentrer dans sa tête et faire en sortes d’éviter des catastrophes évitables mais qu’elle finit par subir car elle ne s’en doutait pas contrairement à nous.

Ce roman est plein d’espoir malgré la cruauté de la guerre et c’est aussi ce qu’il dénonce ici, le kidnapping, viols, vols, les tests de laboratoire sur des êtres humains, tout ce que les Japonais ont fait subir aux Coréens et aux Chinois.

L’homme est un loup pour l’homme disait Jean-Paul Sartre et il a bien raison quand on voit la bestialité dont font part certains personnages.

Le second livre date d’avant les faits historiques rapporter par Les Orchidées Rouges de Shanghai puisqu’il raconte l’histoire de la Chine dans les années 20, donc juste avant l’invasion Japonaise. Ce roman aide à comprendre aussi comment les Japonais ont pu facilement envahir la Chine. L’histoire Les larmes de Jade d’Adam Williams monte la cruauté de la guerre et des évenèments mais son personnage principal Catherine Cabot en subit moins les dommages que Sagmi par exemple.

Résumé:

« À vingt-et-un ans, Catherine Cabot a traversé plus d’épreuves qu’aucune jeune fille de son âge. Belle, indomptable et bravant toutes les conventions, elle a mené une vie errante en Russie avec sa mère, la frivole Helen Frances, et s’est engagée comme infirmière durant la révolution russe, avant d’être capturée par les Bolsheviks et libérée de justesse. De retour en Angleterre où elle reprend ses études, elle fait la connaissance à Oxford de Yu Fu-kuei, une étudiante chinoise qui cache un lourd passé de révolutionnaire.
Toutes deux décident de partir ensemble pour la Chine. Catherine, à la recherche de son véritable père, Henry Manners, dont elle a découvert l’existence en feuilletant les papiers de sa mère décédée ; Fu-kuei, pour retrouver son amant, Yang Yi-liang, son ancien geôlier qui lui avait sauvé la vie. La Chine impériale de 1900 n’est plus. Alors que les seigneurs de la guerre et les nationalistes s’affrontent, que le Japon militariste n’attend qu’un signal pour envahir le pays, Catherine devra faire un choix déchirant entre deux hommes que tout oppose, tandis que Fu-kuei passera du rôle de traîtresse à celui de femme trahie, et apprendra à ses dépens que l’amour pourrait bien être son arme la plus précieuse… » Source: Belfond

J’ai bien aimé ce livre pour l’importance des détails historiques, donnant le sentiment de vivre cette guerre au jour le jour, connaissant très peu la guerre entre les seigneurs de la guerre et les nationalistes-communistes je ne savais pas du tout ou cela allait menée sauf à l’invasion Japonaise. J’avais donc le sentiment de vivre cette guerre au présent ne sachant pas qui gagnerait demain. Ce que je trouve dommage c’est l’histoire de Catherine, je ne suis pas fan des romances alors des romances avec des femmes girouettes encore moins cependant j’ai beaucoup aimée le personnage de Fu-Kuei que je trouve beaucoup plus profonde que Catherine, car même si cette dernière a subit les horreurs de la guerre elle n’en reste pas moins frivole (après les gôuts et les couleurs).

Je trouve les Larmes de Jade moins cru que les Orchidées rouges de Shanghai et les personnages ont quasiment tous une part d’humanité, même les hommes horribles peuvent ressentir des émotions humaines mais qui n’en reste pas moins de la haine où de la colère quand je dis émotions ce n’est pas forcément de l’amour, mais certains monstres doutent, manque de confiance puis reprennent leurs atrocités.

 

J’ai trouvé ces deux livres aussi intéréssants l’un que l’autre même si Sangmi et son aventure m’a davantage touché. Je pense que ces livres se complètent et permettent de comprendre un peu l’histoire de l’Asie pour ceux qui comme moi n’en savent qu’une infime partie. Bien entendu ces deux livres ne se suffisent pas eux seuls mais ils allient le plaisir de lire avec le plaisir d’apprendre.

Voila, j’espère que cet article vous aura plût, n’hésitez pas à me dire en commentaires si vous connaissez d’autres romans en plus de cela qui parlent de l’Asie historique je serai ravie d’en savoir plus. Je vous fait pleins de bisous, prenez soin de vous et à un prochain article.

 

 

 

Publicités