Les musiques de Charlie

Salut tous le monde,

j’avais tellement hâte d’écrire à nouveau des articles, j’étais pas mal occupé et je ne voulais pas écrire pour poster rapidement un article. Je voulais prendre le temps de parler d’un sujet que j’ai beaucoup aimé pour ne pas dire adoré. Il y a beaucoup de choses, de films et de livres que j’ai lu et regardé récemment dont je voulais vous parler mais avec les jours qui défilent j’avais perdu cette envie, je n’étais plus dedans, ou le fait de ne pas avoir tapé depuis un moment j’avais peur de ne plus savoir écrire, d’être bloqué c’est bizarre non ?

Bref, je vous retrouve pour un livre (que j’avais découvert en tant que film il y a 2 ans) qui m’a beaucoup touché. Je ne sais toujours pas si je parlerais du film ou du livre alors je vais vous parler des deux. La première fois que j’ai vu Le monde de Charlie c’était en Aout 2015 et il m’a beaucoup marqué et rendu fan de Heroes de David Bowie quelques mois avant sa mort (c’est bête mais je pensais qu’il était immortel ça doit être parce que j’écoutais Heroes quasiment tous les jours et d’un coup le fait qu’il ne soit plus la et que je pouvais quand même continuer a écouter cette chanson m’a donné l’impression qu’il était immortel, ce qui est cynique puisque dans le film à chaque fois que les personnages écoutent cette musique, ils se sentent immortels eux aussi.)

Résumé : Au lycée ou il vient d’entrer, on trouve Charlie bizarre. Trop sensible,pas « raccord ». Pour son prof de Lettres, c’est un prodige ; pour les autres juste un freak. En attendant il reste en marge, jusqu’au jour où deux étudiants, Patrick et la Jolie Sam le prennent sous leur aile.

« J’ai passé toute la nuit à l’enregistrer et j’espère que Patrick l’aimera autant que moi. Surtout la face B. J’espère que c’est le genre de face B qu’il pourra écouter chaque fois qu’il sera tout seul en voiture, et qui l’aidera à se sentir rattaché à quelque chose chaque fois qu’il sera triste.

Quand, finalement, j’ai eu la cassette dans la main, j’ai ressenti un truc incroyable. D’un coup, je me suis dit que dans ma main, y avait cette cassette toute bête, pleine de souvenirs ; d’émotions, de grand bonheur et de tristesse. Juste là, au creux de ma main. Et j’ai pensé au nombre de gens qui aiment ces chansons. Et à tous ceux qui ont des périodes difficiles et qui s’en sont sortis grâce à ces chansons. Et à ceux qui ont passé de bons moments avec ces chansons. Et à tout ce que ces chansons veulent vraiment dire.»

L’une des raisons pour lequel j’ai adoré le film et le livre (oui je trouve que les deux se valent, le film respecte beaucoup le livre et le personnage de Charlie, même si le livre permet d’être davantage dans sa tête et de ressentir encore plus sa sensibilité et sa dépression que dans le film). Donc ce que j’ai le plus adoré dans ces œuvres c’est le choix musical qui me correspond totalement. Si dans le film c’est Heroes de David Bowie qui est à l’honneur (comme dans le films Horns d’ailleurs que j’ai vu à la même période) dans le livre c’est Asleep des Smith, et je trouve que la musique change beaucoup de chose sur le Charlie du livre et du film. Si Heroes est pleine d’espoir même « just for one day » Asleep (que j’avais découvert grâce à Suckerpunch et dont j’ai usé le bouton replay tellement cette musique me prenait), est beaucoup plus mélancolique et surtout elle accueille la mort comme quelque chose de salvateur.

Je trouve le Charlie du livre un peu plus sombre, un peu plus tourné vers la mort que le Charlie du film. C’est aussi pour ça que je suis attaché à ce personnage car il me ressemble beaucoup même si je suis optimiste, je suis moi-même hypersensible et je ne peux rien contre une dépression qui me tombe dessus sans forcément de raisons . Charlie est perçu comme quelqu’un de différent ce qui a toujours été mon cas et comme Charlie cela ne me dérange pas tant que ça. Je pense qu’avec cette œuvre j’ai commis l’erreur d’être « une éponge et non un tamis » comme le préconise Bill son prof de lettres quand il lui conseille La source vive . Parfois j’ai l’impression d’être la face B d’une cassette plus souvent que la phase A.

Mais Charlie c’est aussi la découverte d’un autre univers que le sien plus acidulé, plus joyeux et plus vivant grâce à Sam et Patrick deux personnages haut en couleurs et c’est pas rien de le dire. Ils sont libre d’être qui ils veulent être même si ce n’est pas toujours évident dans leur relations sentimentales. Ils sont vrais et profitent de la vie, comme Charlie à partir d’un certain âge on a découvert autres choses comme les soirées ou s’amuser, et d’autres choses pas forcément légaux. D’ailleurs dans le film je ne suis pas déçue de voir deux acteurs de talent que j’apprécie beaucoup Ezra Miller pour lequel j’ai eu un coup de foudre dès sa révélation à Cannes avec We need to talk about Kevin et Emma Watson car même si je ne suis pas fan de HP et pas du tout une potterhead j’admet, je la trouve magnifique dans son jeu.

Même si ils n’ont pas cette hypersensibilité ils ont une sensibilité qui leur est propre et qui ramène Charlie à la vie lui permette de faire le deuil de Mickael son meilleur ami car on a tous aussi connu des moments difficiles comme la mort, le lynchage scolaire (à différents niveaux). C’est pour ça que ce livre m’a fait l’effet d’une gifle j’avais l’impression d’y voir des morceaux de ma personnalité et de ma vie (car ma vie n’est pas non plus calqué sur Charlie et vice versa). Et je trouve qu’il est le reflet de beaucoup d’adolescents, ce qui montre que même d’un pays à un autre , d’une culture à une autre nous ne sommes pas si différents, nous avons les mêmes problèmes, les mêmes névroses.

Si je devais rajouter une musique sur la face B de la cassette de Charlie se serait Nothing left to lose de Kari Kimmel. Et vous ?

J’espère que cet article vous aura plût, prenez soin de vous et au prochain article.

Publicités

La ligne verte

Salut mes chats curieux,

 

Aujourd’hui je vous parle d’un film que j’ai vu il y a quelques années. J’ai voulu vous faire cet article grâce au groupe facebook « Entre Blogueurs » ou chaque semaine il y a un thème différent pour le challenge de bloguer ensemble. Le thème de cette semaine est « Nuance de vert » et il se finit aujourd’hui (oui je le fais juste à temps haha). Je suis dégoutée de ne pas avoir eue le temps de participer au challenge de la semaine dernière qui s’intitulait « La vie en rose » car j’avais une idée de film qui m’était revenue (et qui était enfouie dans ma mémoire) mais du coup je vous en parlerai une autre fois tant pis. Cette fois je ne me fais pas avoir et je participe au challenge en vous proposant un film magnifique : La ligne Verte.

Un film que vous avez sans doute déjà vu car très populaire et surtout qui ne vieillit pas. C’est ma mère qui m’a fait découvrir ce film un soir ou il passait à la télé. Elle connait ma passion pour le cinéma et m’avait conseillé de le regarder car elle l’avait trouvé superbe.

 

Résumé :

Paul Edgecomb, pensionnaire centenaire d’une maison de retraite, est hanté par ses souvenirs. Gardien-chef du pénitencier de Cold Mountain en 1935, il était chargé de veiller au bon déroulement des exécutions capitales en s’efforçant d’adoucir les derniers moments des condamnés. Parmi eux se trouvait un colosse du nom de John Coffey, accusé du viol et du meurtre de deux fillettes. Intrigué par cet homme candide et timide aux dons magiques, Edgecomb va tisser avec lui des liens très forts.

 

Que celui/celle qui a pleuré lève la main ! Qui moi ? Pas du tout haha. Bon je passe aux aveux, j’ai versé ma larme mais j’étais jeune et ce film aussi bien scénaristiquement que visuellement  très fort.

*Attention je me prête au jeu de l’analyse de film une première sur le blog haha *

Extrait Ligne Verte

Ce film à 17ans et n’a pas vieillit ce qui aide à faire de lui un classique que je ne peux que vous conseiller.  Visuellement il est superbe avec des jeux de lumière très travaillés, on sent une ambition artistique très présente et des cadrages symboliques magnifiques. Pour exemple on a la scène ou on voit John pour la première fois au début du film apparaissant d’abord de façon sonore, puis en amorce avec ses pieds (laissant deviner à quel point c’est un colosse sans le montrer) et tout ça pendant deux longues minutes (ça parait court mais deux minutes ou un personnage est présent sans qu’on le voit entièrement, sans avoir une idée précise de à quoi il ressemble demande un certain talent qu’on retrouve dans le King Kong de 1933 et dans le premier Alien et étrangement ces deux films sont considérés comme des chefs-œuvres). Et le moment où on le voit apparaitre est quand Paul s’adresse à lui. Moment symbolique puisqu’il est perçu par les autres personnages et surtout celui qui l’emmène (qui on le voit plus tard dans le film est un vrai c*n) comme un monstre et je vous ai dit plus haut que ce genre de plans (montrer en amorce c’est-à-dire une partie d’un corps d’un personnage est utilisé dans un des film de monstres pour montrer à quel point ce monstre/personnage est imposant) est donc utilisé pour des personnages monstrueux ce qui aux yeux des autres gardiens de prison est le cas. Pour eux John est un monstre, il n’y a que devant Paul qu’on le voit dans son entièreté laissant deviner que Paul lui le voit comme un homme (même si ce n’est pas le cas dans cette séquence et c’est peut-être pourquoi on le voit en contre-plongé pour accentuer son géantisme).

Ceci n’est qu’un exemple mais tout le film fonctionne comme ça ce qui montre bien que chaque plan, chaque effet visuel laisse transparaître quelque chose. Ce film est pour moi un chef d’œuvre autant visuellement que scénaristiquement.

Je vous ai fait une petite analyse d’une séquence et non du film car cet article ferait 10 pages haha (et surtout je ne pense pas en avoir les capacités)  mais c’est surtout pour vous donner une idée de comment il est pensé. Dans sa globalité on peut parler de la musique de film qui apporte une texture au film sans l’étouffer même si elle reste assez simple et belle. Quant aux personnages (pour ma part je n’ai pas lu le livre de Stefen King) leurs personnalités apparaissent petit à petit dans le film et pas dès le départ. Par exemple le petit c*n devient un grand c*n, Paul évolue et on en apprend plus sur John mais aussi les autres prisonniers auxquels on s’attache ou on déteste davantage. Mais ce film est psychologiquement très bien maitrisé. Il est tellement réussi sur tous les points que je n’ai pas réussi à lui trouver de défaut. Je vous le conseille vivement.

*PS : Une analyse de séquence/film est subjectif, il n’existe pas qu’une vérité mais bien plusieurs dans les œuvres ce que je vois dans cette séquence est vu autrement par d’autres et sûrement même par vous, c’est pourquoi ça peut être sympa aussi d’avoir votre point de vue (même si vous n’avez jamais fait  d’analyses cela se base sur la perception. Cela me ferait très plaisir que vous me donniez votre interprétation  de cette séquence ou d’une autre du film.

D’ailleurs dites-moi si vous préférez que je fasse une critique plus générale ou ce type d’analyse et si ça vous plairait de participer.

 

Prenez soin de vous à un prochain article.

Du nouveau sur le blog ;)

Salut mes chats curieux,

Je suis super heureuse de vous faire cet article car depuis lundi soir avec une amie on travaille sur un projet qui va atterrir sur le blog :D. En effet on travaille sur des lookbooks en lien avec des éléments culturels. Je m’explique j’adore la mode, la culture et l’art en général. J’adore aussi prendre des photos et mon amie, Ana est aussi à fond sur ce projet elle a donc accepter d’être mon modèle de shooting. Les tenues qu’elle porte correspondent à un thème qu’on aura établit ensemble, la semaine prochaine sera la semaine du bleue c’est pourquoi nous allons vous proposer 3/4 tenues avec du bleu mais en plus un élément culturel liée au bleu (livre, films, musiques, tableaux,…). Chaque semaine sera un thème différent, un thème pourra avoir une suite si on a beaucoup d’idées. Donc pour faire simple si je me suis mal expliqué il y aura au moins 3 articles Lookbook et un article culturel concernant une oeuvre le tout sur un thème ;).

Voila j’espère que notre alliage mode&culture va vous plaire j’ai hâte de vous retrouver pour le prochain article.

PS: depuis le début du blog je fais environ 5 articles par semaine à cause de ce projet qui demande plus de temps que les articles que je fais habituellement il n’y en aura que 4.

Nous ne pouvons malheureusement pas vous en faire toutes les semaines puisqu’Ana part au Portugal tout le mois d’aout et moi je pars travailler ailleurs au mois de Juillet donc on ne se verra pas avant 1 mois et 3 semaines malheureusement.

J’espère que cet article vous plairât 😉 . Prenez soin de vous et à un prochain article 🙂

 

 

PS2: Les photos proviennent du site Weheartit 😉

 

Comment ranger change votre vie!

Salut mes chats curieux,

Je vous retrouve pour un article que je ne pensais pas faire si tôt et pourtant j’ai fini La magie du Rangement de Marie Kondo en 2 jours. Il se lit hyper rapidement, c’est une dinguerie comme dirais une de mes amies haha.

Résumé:Mettre de l’ordre dans votre intérieur afin d’améliorer votre quotidien et changer littéralement votre vie : voilà de quoi il s’agit ! Vous êtes dubitatif ? Laissez-vous surprendre par la méthode de Marie Kondo qui a déjà séduit plus de 2 millions de lecteurs dans le monde.
Pourquoi un tel intérêt pour le rangement ? Parce que la vie commence seulement (véritablement) une fois que l’on a fait du tri. Dans cet essai pratique déjà best-seller, l’auteur nous explique simplement, mais fermement, d’oublier nos bonnes vieilles habitudes : passer une journée par an à tout jeter ne sert à rien ! S’attaquer à chaque pièce l’une après l’autre non plus… En procédant ainsi, dans quelques jours, vous nagerez de nouveau en plein désordre.
Le rangement doit être un moment privilégié. Et chaque objet qui nous entoure doit nous procurer de la joie. Vraiment. Si ce n’est pas le cas, alors il faut s’en débarrasser. Tout de suite. Vous voulez en savoir plus? Entrez dans le monde magique du rangement, et attendez-vous à quelques surprises, car lorsqu’on y voit clair, notre regard sur la vie change…

Bon je dois vous avouer que je suis peu sensible aux publicités (d’ailleurs elles me font plutôt l’effet inverse) mais en voyant la façon dont la youtubeuse Lilienetwork en faisait les éloges et les avis sur la fnac ( beaucoup de positifs et assez peu de négatifs mais bon un produit ne peut pas plaire à tout le monde^^).  Je me suis décidé à acheter ce livre, enfin (oui j’attend toujours un délai de quelques semaines pour savoir si je veux vraiment ce livre ou pas, il m’arrive d’acheter sur un coup de tête mais la plupart du temps je laisse macérer mon envie d’acheter si je puis dire haha).

Je trouve l’écriture fluide, facilement lisible et les exemples sont très claires. Je n’ai pas compris la méthode de pliage par contre mais je suis le genre de personne qui à besoin que ce soit imager (et d’ailleurs la youtubeuse dont j’ai parlé plus haut compte en faire une vidéo  qui ne sera pas de refus). On peut penser qu’elle éxagère et qu’elle semble un peu folle à parler à ses objets mais on sent bien que le but c’est qu’on les estime (donc pas besoin de pousser jusqu’à converser avec eux haha). Mais au moins prendre conscience qu’ils sont là nous permet d’en prendre mieux soin et de ne moins les négliger (donc de les conserver plus longtemps en bon état). Elle explique pourquoi certains gestes liées aux rangements peuvent  impacter votre vie (comme le fait de devoir se poser la question à chaque objet de savoir si on le garde ou pas  vous expérimente à prendre des décisions qui au fil du temps deviendront plus réfléchies et plus rapides à prendre, ou bien de ne plus s’enfermer dans le passé en accumulant des montagnes de souvenirs, ou au contraire en stokant, en achetant plusieurs exemplaires d’un objet par peur de manquer et donc une certaine peur de l’avenir).  On verra ce que ça donnera sur moi et j’aimerai bien vous faire un article (si vous le voulez sur une sorte d’Avant/Après ce que le livre m’a apporté, bien entendu dans plusieurs mois :)) . Je vous conseille quand même de prendre un peu de recul et de ne pas forcément tout appliquer (exemple: jeter ses fiches de payes qui en France doivent être conservés) il y a d’ailleurs quelques règles que je transgresserait sûrement (je vous en dirais d’avantage le moment venu :))

J’ai déjà réfléchie à pourquoi je veux ranger mon chez moi (c’est un exercice dans le livre qu’il faut appliquer avant de passer au tri) , je n’ai pas encore commencer le tri mais je vous écrit cet article car ce livre à déjà commencer à me changer. Sérieusement je ne m’en suis pas rendue-compte au début mais en me maquillant j’ai pris conscience que je prenais toujours le même blush alors que j’en avais 5 autres que je n’avais quasiment pas utilisé (du coup j’ai changé un peu mon maquillage) mis des vêtements que je mettais peu car certaines pièces sont très originales et dur à porter (enfin pour moi haha). Du coup je me dis rien que ça c’est déjà pas mal et j’ai remarqué quelques objets dont je pourrais déjà me passer et je me demande même pourquoi je l’ai acheté (bien entendu comme dit dans le livre je ne jette pas petit à petit, je vais attendre de faire le tri complet car je pense qu’effectivement un énorme tri d’un coup aura plus d’impact sur vous et votre façon de consommer).  Donc je peux déjà conseiller ce livre rien que pour ça et je vous dirai pourquoi pas dans un an pile (inchallah comme on dit) et vous montrer les effets positifs (et peut-être négatif, on ne sait pas ce qu’il peut se passer) que le livre m’a apporté.

Voila, j’espère que l’article vous à plût si vous voulez d’autres avis il y en à pas mal sur youtube, d’autres blogs et sur les sites qui le endent type amazon ou fnac 😉 . N’hésitez pas d’ailleurs à me dire ce que vous pensez de ce livre et si il vous a apporté ou non ce que vous attendiez. Prenez soin de vous et à un prochain article 😉

 

 

Haul Noz, j’ai craqué mon porte-feuille…

IMG_20160615_122620Salut mes chats curieux,

Un article totalement inhabituel (et ce n’est pas le dernier), ce matin je suis allé à noz et j’ai un peu craqué que ce soit en en soins, en bouffes ou en livres  (encore livres ça va).

Du coup j’avais envie de vous montrer tout ça et de vous parler d’un bon plan puisque que la marque Evenswiss est actuellement depuis quelques semaines dans tous les noz (il en reste encore dans le mien à Rennes) ce sont des produits très onéreux puisque certains sont à 130€ à peu près et ont peu les retrouver pour 3,50€, j’ai pu avoir presque toute la gamme sauf le sérum unificateur de teint (celui qui m’intéressait le plus comme par hasard) mais c’est déjà pas mal que j’ai pu avoir tout ça alors que ça fait déjà quelques semaines qu’il est en rayon.

evenswiss

J’ai pu avoir le shampoing pour 1,99€ le sérum de protection pour cheveux  qui est un soin complémentaire  au shampoing.

Pour le visage j’ai pu avoir la crème rajeunissante décolleté pour 3,50€ et le sérum jeunesse pour 2,99€. Et enfin pour le corps, la crème complexe affinant pour le corps pour 1,99€ autant dire que c’était une excellente affaire même si les produits sont périmables ce mois-ci tant qu’ils sont à l’abri de la lumière ils ne tournent pas et sont quand même bon (à ne pas tarder trop longtemps tout de même).

amantecream

Je me suis aussi prise une crème de jour pour le visage de la marque Amante à l’huile de macadamia, au yaourt et à la figue pour peau sèche pour moins de 2€ et une  crème de nuit Revitage pour 1,79€.

cremanotte_nutriente

Niveau livres j’ai été raisonnable puisque je n’en ai pris qu’un seul Damné de Hervé Gagnon le premier tome. Dans ma bêtise j’ai été attirée par la couverture et l’histoire et je n’ai pas vu que 3 autres tomes suivaient celui-ci je retournerai demain voir si ils n’ont pas la suite  car à 2,50€ un beau livre au lieu de 15€ c’est à ne pas louper. D’ailleurs je pense vous faire prochainement un article sur comment avoir une bibliothèque bien fourni quand on a un petit budget.

damné

Pour la bouffe j’ai craqué, car c’est rare que j’achète chez Noz sauf les trucs bio et le thé qui ne sont pas cher mais là j’ai craqué. J’adore les trucs insolite donc je me suis fait plaisir en achetant de quoi faire des cupcakes car je n’en ai jamais mangé et je me demande quel goût ça a (oui quand je vous dis que je suis curieuse ça en devient presqu’un défaut haha).  Donc j’ai pris un kit à Cupcakes pour 1,99€ comprenant 6 contenants  en silicone ainsi qu’une seringue pour le glaçage. Puis bien-sûr, j’ai pris un kit complet pour les faire de la marque Caméo écrit en Italien sans traduction bien-sûr mais d’après ce que j’ai lu c’est simple à comprendre (heureusement que nos langues ont la même racine sinon bonjour la misère). La préparation à cupcake coûte 1,50€ et je me suis pris en plus de la garniture pour cupcake à 79 centimes de la même marque mais écrit en allemand ce qui donne « Dr.Oetker » (j’avais jamais fait attention que la même marque n’avais pas le même nom dans d’autres pays et que le seul lien c’est le logo).

cupcaketoppingcupcakes-al-cioccolato.png

IMG_20160615_122754IMG_20160615_122826

J’ai aussi pris pour les soirées films avec mon copain des pop-corn au miel et d’autres au chocolat/caramel. Ce n’est pas dans mes habitudes d’acheter des cochonneries pareilles mais en ce moment je ne sais pas ce que j’ai, déjà avec les cupcakes. J’ai aussi vu qu’il y en avait aux citron/pomme je pense que demain je vais en prendre en allant voir pour le livre (histoire de ne pas y aller pour rien haha). Ils sont à 50 centimes le paquet.

popcorn

Et pour finir une canette d’Arizona au thé vert que j’adore pour 79 centimes et que je suis actuellement en train de boire en écrivant cet article.

10149-0w300h300_The_Glace_The_Vert_Ginseng_Miel_Canette

Voilà, j’espère que cet article vous à plût n’hésitez pas à me dire en commentaire si vous en voulez plus de ce genre. Prenez soin de vous et à un prochain article.

PS: grosse déception j’avais fait des photos de mes articles mais je ne puis pas les uploader sur le blog car ils sont trop lourd (prises par un reflex) je les ai compressé mais idem quelqu’un à une solution s’il vous plaît ce serait vraiment gentil 🙂

L’écho de ton souvenir

Salut mes chats curieux,

J’espère que vous avez bien profité de ce week-end, je vous avoue que j’ai été pas mal occupée Dimanche et Lundi d’ou ma petite absence , je n’ai pas encore de plannings et donc je ne sais pas tous les combien de temps je posterai un article. Ce qui est sûr c’est que ce sera chaque fois que j’en aurai le temps. Voila, je vous  laisse avec ma chronique sur un bouquin qui m’a pris pas mal de mon temps.

Je viens de terminé L’écho de ton souvenir de Pamela Hartshorne  (traduit par Philippine Voltarino). J’ai été complétement absorbé par ce livre que j’avais parfois du mal à m’arrêter de lire pour revenir à la réalité (ce qui est aussi le cas de l’Héroine d’ailleurs).

Résumé: Globe-trotter, Grace est de retour à York où elle a hérité de la demeure de son excentrique marraine. Entre ces murs, elle est très vite victime d’un étrange phénomène : elle se voit dans la peau d’une jeune domestique du XVIe siècle, Hawise. Parfois, dans la maison, un murmure se fait entendre… À travers les siècles, les destins des deux jeunes filles semblent irrémédiablement liés. (Source: France Loisirs).

J’ai adoré ce livre car comme dit plus haut j’avais du mal à m’arrêter, comme je travaille et que j’ai une vie en plus (comme tout le monde je crois), je n’ai pas forcément beaucoup de temps pour lire alors je me fixe un palier que j’arrive plus ou moins à respecter. Pour ce livre de presque 500Pages je me suis dit 50pages par jour hors je l’ai lu en 4 jours…. D’habitude j’arrive à m’arrêter mais à cause de ce livre j’ai du mettre à plus tard des trucs à faire.

L’écriture reste simple, donc facile et rapide à lire ce qui n’est pas pour me plaire car je préfère les styles plus complexes et raffinés quitte à relire plusieurs fois pour tenter de comprendre. Mais on se creuse quand même les méninges car on doute avec l’héroine de ce qui lui arrive: est-ce qu’elle devient folle ou est-ce qu’elle revit bien une vie intérieure? Elle cherche des solutions, elle refuse de l’admettre, elle admet puis elle refuse encore. On la suit dans ses doutes et dans ses décisions. On est en colère avec elle, on est triste avec elle, on ressent ses sentiments qui sont pour le coup très bien exprimé même si je trouve certains passages « surjoué » (oui dans un livre ça ne se dit pas mais c’est au moins explicite). Par contre l’auteur maitrise parfaitement le Time’s lapse ( deux histoires se déroulant en parallèle à deux époques différentes) tellement bien qu’on redescend sur terre en même temps que Grace ou que justement on décroche de la réalité en même temps qu’elle, le tout en jouant sur nos sens.

L’histoire est originale et la fin plus ou moins prévisible sur certains points, d’autres un peu moins prévisibles donc je suis assez satisfaite j’avais peur que ça devienne trop prévisible avec un si bon début et un si bon climax.

Voila, j’espère que cette chronique vous à plût j’ai beaucoup aimé lire ce livre j’espère que ce sera votre cas. Prenez soin de vous et à un prochain article.

 

L’histoire de l’Asie à travers romans

Salut mes chats curieux,

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler de deux livres que j’ai lu récemment et qui ont tout les deux pour thème l’Asie au XXème Siècle. Ce sont des romans avec une fiction basée sur une réalité historique, mélangeant personnages fictifs et historiques, lieux et évenements avec la vie de personnages qui n’ont jamais existé mais qui ont été inspirés.

les-orchidees-rouges-de-shanghai-548785-250-4001

Le premier que j’ai lu il y a plusieurs mois maintenant est de Juliette Morillot et s’intitule Les Orchidées Rouges de Shanghai. L’histoire se situe durant la Seconde Guerre Mondiale en Asie, les Japonais tentent de conquérir à nouveau la Chine, de garder l’annexation de la Corée et de la Mandchourie.

Résumé:

« En 1937, Sangmi a quatorze ans lorsque son destin bascule. Enlevée par des soldats japonais, elle est emmenée avec des dizaines d’autres Coréennes. Destination : la Mandchourie. Contrainte d’intégrer pendant presque dix ans l’unité des « femmes de réconfort » créée pour « soutenir » les soldats japonais, elle connaîtra l’enfer des maisons closes que l’armée nippone a installées dans une Asie embrasée par la soif de conquête de Hirohito. Une force de caractère hors du commun, l’espoir de retrouver la trace d’un père français inconnu et une impossible passion pour un officier japonais permettent à Sangmi de résister à son terrible sort. De Séoul à Shanghai, de Singapour à Hiroshima, le destin bouleversant d’une femme à travers la tourmente de l’expansion territoriale japonaise en Asie. » Source: Babelio

J’ai adoré ce livre et suivre le parcours de Sangmi était à la fois stressant (beaucoup d’obstacles, elle a échapper plusieurs fois à la mort mais malheureusement pas à la maltraitance, la violence et le viol) et en même temps avec une pointe d’espoir, elle finit toujours par s’en sortir. C’est une héroine courageuse qui refuse d’accepter son sort et fait tout pour ne pas mourir alors qu’elle a quand même connue toute les atrocités de la guerre. Je ne vais pas vous spoiler en vous racontant ses mésaventures mais sachez que ce roman vous englouti à l’intérieur de lui. Combien de fois je me suis sentie aux côtés de Sangmi en ayant l’impression de vivre ce qu’elle vit et en essayant de rentrer dans sa tête et faire en sortes d’éviter des catastrophes évitables mais qu’elle finit par subir car elle ne s’en doutait pas contrairement à nous.

Ce roman est plein d’espoir malgré la cruauté de la guerre et c’est aussi ce qu’il dénonce ici, le kidnapping, viols, vols, les tests de laboratoire sur des êtres humains, tout ce que les Japonais ont fait subir aux Coréens et aux Chinois.

L’homme est un loup pour l’homme disait Jean-Paul Sartre et il a bien raison quand on voit la bestialité dont font part certains personnages.

Le second livre date d’avant les faits historiques rapporter par Les Orchidées Rouges de Shanghai puisqu’il raconte l’histoire de la Chine dans les années 20, donc juste avant l’invasion Japonaise. Ce roman aide à comprendre aussi comment les Japonais ont pu facilement envahir la Chine. L’histoire Les larmes de Jade d’Adam Williams monte la cruauté de la guerre et des évenèments mais son personnage principal Catherine Cabot en subit moins les dommages que Sagmi par exemple.

Résumé:

« À vingt-et-un ans, Catherine Cabot a traversé plus d’épreuves qu’aucune jeune fille de son âge. Belle, indomptable et bravant toutes les conventions, elle a mené une vie errante en Russie avec sa mère, la frivole Helen Frances, et s’est engagée comme infirmière durant la révolution russe, avant d’être capturée par les Bolsheviks et libérée de justesse. De retour en Angleterre où elle reprend ses études, elle fait la connaissance à Oxford de Yu Fu-kuei, une étudiante chinoise qui cache un lourd passé de révolutionnaire.
Toutes deux décident de partir ensemble pour la Chine. Catherine, à la recherche de son véritable père, Henry Manners, dont elle a découvert l’existence en feuilletant les papiers de sa mère décédée ; Fu-kuei, pour retrouver son amant, Yang Yi-liang, son ancien geôlier qui lui avait sauvé la vie. La Chine impériale de 1900 n’est plus. Alors que les seigneurs de la guerre et les nationalistes s’affrontent, que le Japon militariste n’attend qu’un signal pour envahir le pays, Catherine devra faire un choix déchirant entre deux hommes que tout oppose, tandis que Fu-kuei passera du rôle de traîtresse à celui de femme trahie, et apprendra à ses dépens que l’amour pourrait bien être son arme la plus précieuse… » Source: Belfond

J’ai bien aimé ce livre pour l’importance des détails historiques, donnant le sentiment de vivre cette guerre au jour le jour, connaissant très peu la guerre entre les seigneurs de la guerre et les nationalistes-communistes je ne savais pas du tout ou cela allait menée sauf à l’invasion Japonaise. J’avais donc le sentiment de vivre cette guerre au présent ne sachant pas qui gagnerait demain. Ce que je trouve dommage c’est l’histoire de Catherine, je ne suis pas fan des romances alors des romances avec des femmes girouettes encore moins cependant j’ai beaucoup aimée le personnage de Fu-Kuei que je trouve beaucoup plus profonde que Catherine, car même si cette dernière a subit les horreurs de la guerre elle n’en reste pas moins frivole (après les gôuts et les couleurs).

Je trouve les Larmes de Jade moins cru que les Orchidées rouges de Shanghai et les personnages ont quasiment tous une part d’humanité, même les hommes horribles peuvent ressentir des émotions humaines mais qui n’en reste pas moins de la haine où de la colère quand je dis émotions ce n’est pas forcément de l’amour, mais certains monstres doutent, manque de confiance puis reprennent leurs atrocités.

 

J’ai trouvé ces deux livres aussi intéréssants l’un que l’autre même si Sangmi et son aventure m’a davantage touché. Je pense que ces livres se complètent et permettent de comprendre un peu l’histoire de l’Asie pour ceux qui comme moi n’en savent qu’une infime partie. Bien entendu ces deux livres ne se suffisent pas eux seuls mais ils allient le plaisir de lire avec le plaisir d’apprendre.

Voila, j’espère que cet article vous aura plût, n’hésitez pas à me dire en commentaires si vous connaissez d’autres romans en plus de cela qui parlent de l’Asie historique je serai ravie d’en savoir plus. Je vous fait pleins de bisous, prenez soin de vous et à un prochain article.