Lost River

Salut mes chats curieux,

Je suis super contente de vous retrouver pour cet article car cette semaine je vais vous parler de 3 films coup de cœur qui sont tous les 3 dans un registre, une atmosphère, une origine différent.

Mon premier coup de cœur de la semaine c’est Lost River de Ryan Gosling. Je voulais le voir depuis un petit bout de temps et je me suis dit que maintenant que je fais 4h30 de train par semaine c’est l’occasion de visionner les films que j’ai sur ma wish list (et qui commençait à devenir poussiéreuse haha). J’avais eue des mauvais échos lorsqu’il a été diffusé au festival de Cannes de fait d’un premier montage moins bon que la version actuelle. J’ai aussi vu qu’il n’avait pas attiré masse de foule mais d’après Allociné (ce n’est pas la meilleure référence mais au moins les gens lambda notent le film d’après ce qu’ils ont aimé et ça permet d’avoir une idée à peu près globale) il est plutôt bien noté 3/5 pour les spectateurs et 3,4/5 pour la presse. Et sur IMDB 5.8/10.

(source: Allociné)

Résumé:Billy est une mère célibataire. Elle habite avec ses deux enfants, Bones et Franky, un adolescent et un très jeune garçon, dans une ville proche de l’évanescence. Elle risque l’expulsion de sa maison si elle ne parvient pas à rembourser ses prêts. Le nouveau directeur de sa banque, Dave, lui propose un emploi, qu’elle n’accepte pas immédiatement.

De son côté, Bones arpente les ruines des alentours pour récolter du métal à revendre, mais un homme cruel, Bully, s’autoproclame maître des lieux et lui fait comprendre que personne d’autre que lui ne peut exploiter les éventuelles richesses des lieux abandonnés et lui vole le cuivre qu’il a récolté dans un immeuble. Plus tard, Bones s’introduit sur le territoire de Bully pour reprendre son bien. Dans sa fuite, il trouve un lac artificiel, sombre et inquiétant, dans lequel s’enfonce une route qui mène à une mystérieuse ville engloutie. Pendant ce temps, Billy finit par accepter le job proposé par Dave, sans vraiment savoir ce dont il s’agit. Elle se retrouve alors dans une salle de spectacle où des jeunes femmes se produisent dans des numéros macabres.

Bones se rapproche progressivement de sa voisine, Rat, qui vit avec sa grand-mère. Rat raconte que la création du réservoir a provoqué une malédiction qui explique la situation catastrophique des environs et qu’il faut ramener un morceau de la ville engloutie pour mettre fin à cette malédiction. (source: Wikipédia)

(Source: coming soon)

Personnellement je trouve que c’est bien peu par rapport à ce que je pense de lui. Sachant que c’est quand même son premier long-métrage ce qui n’a pas empêché une bonne partie du monde du cinéma d’en attendre beaucoup. Même si ok il est dans le monde du cinéma depuis 25ans (oui plutôt précoce de commencer à 10ans) mais passer d’acteur à réalisateur n’est pas aussi facile. Tout le monde n’est pas capable de réaliser un premier film parfait à moins d’être Quentin Tarantino.

Et surtout certains spectateurs ont trouvé le film nul parce qu’il n’a pas joué dedans, sérieusement ?!

Comme si être réalisateur/producteur et scénariste pour la première fois de sa vie n’était pas assez prenant faut en plus qu’il joue dedans. Bon personnellement je me demandais s’il était dedans mais je n’en ai pas été déçue. Déjà parce que j’ai vite été transporté par l’ambiance du film. Ryan Gosling s’est entouré d’une très bonne équipe d’acteurs mais aussi de techniciens. Déjà un directeur de la photographie habitué à des univers psychédéliques, chaotiques qui est Benoit Debie et quand on voit sa filmographie tel que Enter The void ou Spring breakers on reconnait ce côté à la fois éclairage aux néons, aux éclairages de la ville voire même pas d’éclairage du tout avez des zones sans lumières, noires dans certains plans. Accentuant le côté inquiétant et de malaise qu’on ressent dans ce film.

(Source: coming soon)

C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles j’ai adoré le film, on voit clairement l’inspiration assumé de Ryan Gosling pour David Lynch, Darren Aronofsky, Terrence Malick ou encore Nicolas Winding Refn avec qui il a déjà travaillé. Mais malgré cela il a une part de lui, sa fascination pour les années 80 se fait ressentir dans ce film pour mon plus grand plaisir. L’histoire déjà est vraiment bien construite avec des personnages qui survivent entre eux ou d’autres qui détruisent tout dans leur folie. Je suis fasciné par le personnage de Rat interprété par la magnifique Saoirse Ronan. Elle représente avec sa fraicheur et son intelligence un espoir, mot qui a disparu depuis des années dans cette ville fantôme ou tout disparaît broyer par des machines ou calciné dans les flammes. Mais aux flammes s’oppose l’eau (calme, sage inspirante mais étouffante). C’est dans l’eau aussi que ce trouve l’espoir. Rat est la clé donnée à Bones pour lever la malédiction qui pèse sur Lost River, ramener à la surface un objet de la ville engloutie lèvera la malédiction. Les enfants sont les sauveurs du monde tandis que les adultes ont déjà acceptés leur sort. Le banquier lubrique embauchant des femmes pour animer des bloody shows tel qu’Eva Mendes ou Christina Hendriks en mère esseulé croulant sous les dettes. Ou Bully  jeune adulte fou qui aime tuer ou défigurer, figure inquiétante de ce thriller néo-noir, accentué par une BO parfaite. Je dois vous dire que depuis que j’ai vu ce film je ne cesse de réécouter Tell Me chanté par Saoirse Ronan.

(Source:Marla’s Movies.blogspot)

Parfois on en oublierait presque de respirer tant on a l’impression d’être sous la ville engloutie prisonnier de la malédiction.

J’espère que cet article vous aura plût. Si vous souhaitez partager votre avis n’hésitez pas à laisser un commentaire. Je vous dis à bientôt pour un prochain article et prenez soin de vous.

Publicités